Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog des Lapinous

Les aventures de deux rongeurs autour du monde...
Partager ce blogPage d'accueilContact
Le blog des LapinousNous c'est Coralie et Nico, et notre p'tite Chloé née en 2012. Un goût avéré pour l'aventure et les tropiques, et quelques vadrouilles à notre actif !
Après notre long voyage au cours de l'année 2010, d'autres récits viennent désormais alimenter le blog, au gré de nouvelles destinations...
Nous vivons en Martinique depuis mai 2013.

La grande vadrouille

Initialement le blog des Lapinous a été créé pour nous suivre durant notre périple de mai à décembre 2010. Huit mois d'aventures de l'Indonésie aux archipels du Pacifique...
 
 
 
 
 

Randos en Martinique

Marcheurs réguliers en Martinique, on a compilé ici nos propres topos de randonnée.
De la promenade tranquille aux itinéraires sportifs, une section un peu à part sur le blog...
 

Nos précédentes aventures...

Bali, Madère, la Martinique, Tahiti, les Îles Cook, la Nouvelle-Calédonie, le Vanuatu...
 

Retrouvez-nous !

 

Et retrouvez les copains en voyage !

The Bunnies Blog

English spoken here !

juin 2010 -

Changement de décor les copains !

Après Pulau Seraya, sa plage et son récif, on s'est décidés à abandonner Labuan Bajo qui a été notre base logistique pendant finalement une semaine complète, et où l'on aura passé un temps record dans l'eau...
On a donc repris notre avancée vers l'est, dans les montagnes et cette fois-ci avec un oeil sur le calendrier, faut commencer à penser au retour vers Lombok.

Première étape prévue, Ruteng à 140 bornes de Labuan Bajo. Trajet que l'on estimait raisonnable pour la journée si la route n'était pas trop démente (sinon on avait clairement établi de faire demi-tour plutôt que de défoncer définitivement les scoots).
Et le jour suivant on comptait pousser jusqu'à Bajawa, nouvelle traite de 140 kilomètres, petite ville perdue dans les montagnes. Puis si possible Riung sur la côte nord, où les fonds marins sont réputés parfaitement préservés.

Par contre on a fait une croix sur le volcan Kelimutu et ses lacs colorés, le hot spot touristique de Flores, il faudrait encore aligner quasiment 200 bornes depuis Bajawa et avec le trajet retour ça ne serait pas raisonnable. De toutes façons on n'est plus trop motivés, on a un peu peur d'être déçus par rapport au Kawah Ijen de Java.


2010_06_03_ruteng_bajawa
Le premier jour de route, on a été mis direct dans le bain. A peine sortis de Labuan Bajo, la route grimpe en lacets pendant plusieurs dizaines de kilomètres. Le bitume est en bon état ça c'est cool, mais les scoots hurlent vu comment ça monte, surtout le mien, mais Fab m'attend en haut des cols.
Bref, on est en montagne...


2010_06_03_ruteng_bajawa

2010_06_03_ruteng_bajawa
À un moment on s'est dit que si le profil de l'étape continuait sur le mode « je monte et je descends l'Alpe d'Huez sans arrêt », ça allait être compliqué Flores. Parce que si en montée ce sont les machines qui en bavent, les descentes c'est pour notre pomme pour éviter de se faire embarquer avec le barda qu'on a sur le dos. Debouts sur la pédale de frein, retrogradages en permanence, c'est assez épuisant.
Mais les paysages sont d'enfer alors on continue !


2010_06_03_ruteng_bajawa
Entre Labuan Bajo et Ruteng y a une bonne surprise sur la route : un plateau lisse comme la Beauce où l'on peut enfin appuyer les sacs sur la selle, prendre une pose relax et lacher les gaz pendant 50 bornes.


2010_06_03_ruteng_bajawa
P'tite pause...


2010_06_03_ruteng_bajawa
Mais les montagnes russes reprennent le pouvoir, avec en plus un bon gros déluge et une route détrempée à gérer en approchant de Ruteng, où l'on débarque gelés et bien claqués. Pas grand chose à faire dans le coin et de toutes façons il tombe des hallebardes, donc recherche d'un hôtel pour se reposer avant de reprendre la route le lendemain.

Après une nuit où les couvertures de l'hôtel n'auront pas été de trop (hé oui même en Indo, au-dessus de 1000 mètres d'altitude ça caille) on met le cap sur Bajawa en faisant un petit crochet pour jeter un oeil aux environs de Ruteng. Sans la flotte c'est assez joli en fait, toutes les collines sont modelées par les rizières en terrasses.


2010_06_03_ruteng_bajawa

2010_06_03_ruteng_bajawa

2010_06_03_ruteng_bajawa
Ici plus qu'ailleurs, rareté du touriste oblige, c'est l'émeute partout où l'on passe !
Pas une personne sur le bord de la route ne nous dit pas bonjour et avec les gamins c'est du délire ils hurlent. Absolument incroyable. C'est devenu tellement pas possible que quand on veut faire une pause pour souffler, on doit s'arrêter dans le coin le plus paumé que l'on puisse trouver, sinon on est entourés aussi sec de dix ou vingt personnes qui nous parlent, et du coup on tape la discute certes, mais on ne souffle pas. Ça peut paraître ingrat, mais faut le voir pour comprendre !

Il y a aussi eu le coup de la crevaison au milieu de nulle part.
Pour la troisième fois depuis Lombok mon pneu arrière se dégonfle en quelques secondes, j'ai encore chopé une saloperie. Sauf que là on est en pleine brousse, et Fab qui trace comme un goret devant ne s'est rendu compte de rien. Je me suis rappelé que l'on avait vu quelques cabanes un peu avant, donc demi-tour et au ralenti sur le pneu à plat jusqu'au semblant de hameau. Surprise, devant une des guitounes y a plein de personnes qui discutent. Ils me voient, je montre mon pneu, c'est l'émeute.

Un gars démonte ma roue, l'embarque sur sa mob à lui jusqu'au prochain vrai bled à 10 kilomètres d'ici pour la faire réparer.


2010_06_03_ruteng_bajawa
Fab, qui a enfin fait demi-tour en me voyant plus derrière lui, débarque et hallucine, j'ai dix gamins en furie autour de moi et plus de roue arrière à mon scoot !


2010_06_03_ruteng_bajawa
Le seul qui parle quelques mots d'anglais c'est le chef du coin, très sympa il nous invite à boire un café devant chez lui en attendant que la roue revienne.
Débarque alors tout le village tout âges confondus, on se retrouve vite avec un cercle dense autour de nous, sans exagérer peut-être 50 personnes nous regarderont béâtement boire un café pendant plus d'une heure, je vous assure que ça fait bizarre... on commençait à avoir l'habitude de faire l'attraction mais là c'est une autre dimension !

Les gamins eux sont déchaînés, pensez donc deux touristes avec un appareil photo (et surtout avec Fab qui leur montre leurs trognes sur l'écran après chaque prise), c'est l'affaire de l'année !


2010_06_03_ruteng_bajawa

2010_06_03_ruteng_bajawa

2010_06_03_ruteng_bajawa

2010_06_03_ruteng_bajawa

2010_06_03_ruteng_bajawa

2010_06_03_ruteng_bajawa
Un petit film qui va vous rappeler la cour de récré !



Bon et puis faut bien repartir...


2010_06_03_ruteng_bajawa
Au milieu des rizières en terrasse...


2010_06_03_ruteng_bajawa
Des villages où le riz, les clous de girofle, le cacao et les gousses de vanille sèchent au soleil (mélange d'odeurs irracontable, enfin pour les trois derniers parce que le riz ça sent pas grand chose !)...


2010_06_03_ruteng_bajawa
Du bétail...


2010_06_03_ruteng_bajawa
Des gosses sur le bord des routes...


2010_06_03_ruteng_bajawa
Et au milieu des élevages de lapins !


2010_06_03_ruteng_bajawa
Tiens tiens un volcan au loin...


2010_06_03_ruteng_bajawa
Entre Ruteng et Bajawa la route redescend jusqu'à la côte sud de Flores...


2010_06_03_ruteng_bajawa
Pour mieux remonter après (oui là-dedans, la montée depuis la côte jusqu'à Bajawa à 1100 mètres d'altitude est un truc de malade, 40 kilomètres avec que - mais que - des épingles à cheveux à la suite les unes des autres) !


2010_06_03_ruteng_bajawa
Oh ben on s'est rapproché du volcan, fais voir la carte Fab ! Hum ça dit « Gunung Inerie, 2245m », pas un mot dessus dans le Lonely. Dis-donc il a pas l'air de fumer celui-là, on aurait pas un petit compte à régler avec les volcans par hasard ?


2010_06_03_ruteng_bajawa

 

Quelques prix indicatifs...  (2010)
en milliers de roupies (seribu rupiah), 1 € ~ 11,5 rb
  Ruteng
  • hôtel Rima 100 rb la chambre pour deux avec petit-dej
  Bajawa
  • hôtel Edelweis 125 rb la chambre pour deux avec petit-dej

commentaires

lolodesiles 13/06/2010 21:22


Ah oui ça c'est folklo la conduite à Florès :-)
Non effectivement le Kelimutu ne "vaut" pas forcément mieux que le Kawah Ijen, c'est chouette mais effectivement ça impose un très long détour...
Ah au fait, on dirait qu'on a des goûts musicaux semblables :-)


flodoudou 07/06/2010 21:14


bravo pour les gamins c'est génial il faudrait leur apprendre une chanson en français du style "alouette gentille alouette" je sais qu"elle existe en africain , arabe ...ils garderaient un souvenir
jusqu'au prochain de passage Eux aussi il faudrait leur demander de chanter en indo. C'est la faute à Greg le scoot ou quoi?bisous


Squally 04/06/2010 14:19


Excellent la marmaille !
Comme ça tu seras rodé si vous ramenez une "clandestin" à la fin de votre périple ... !