Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog des Lapinous

Les aventures de deux rongeurs autour du monde...
Partager ce blogPage d'accueilContact
Le blog des LapinousNous c'est Coralie et Nico, et notre p'tite Chloé née en 2012. Un goût avéré pour l'aventure et les tropiques, et quelques vadrouilles à notre actif !
Après notre long voyage au cours de l'année 2010, d'autres récits viennent désormais alimenter le blog, au gré de nouvelles destinations...
Nous vivons en Martinique depuis mai 2013.

La grande vadrouille

Initialement le blog des Lapinous a été créé pour nous suivre durant notre périple de mai à décembre 2010. Huit mois d'aventures de l'Indonésie aux archipels du Pacifique...
 
 
 
 
 

Randos en Martinique

Marcheurs réguliers en Martinique, on a compilé ici nos propres topos de randonnée.
De la promenade tranquille aux itinéraires sportifs, une section un peu à part sur le blog...
 

Nos précédentes aventures...

Bali, Madère, la Martinique, Tahiti, les Îles Cook, la Nouvelle-Calédonie, le Vanuatu...
 

Retrouvez-nous !

 

Et retrouvez les copains en voyage !

The Bunnies Blog

English spoken here !

octobre 2011 -

La Montagne Pelée mérite bien un article pour elle toute seule : point culminant de la Martinique, au passé... hum sulfureux c'est le cas de le dire, proposant plusieurs belles randos pour la gravir sur ses différents versants, et un panorama exceptionnel depuis le sommet !

Deux topos rando plus détaillés se trouvent dans la section dédiée du blog :

Montagne Pelée par l'Aileron
Montagne Pelée par Grande Savane

Le volcan est actif (et étroitement surveillé), les sources chaudes et les petits tremblements de terre fréquents sont là pour le rappeler... La fameuse éruption majeure a eu lieu en 1902 et avait anéanti la ville de Saint-Pierre, puis le village de Morne Rouge quelques mois plus tard, suite aux nuées ardentes ayant dévalé les pentes.
La forme actuelle du volcan (culminant au « Chinois » à 1397m) fait suite à sa dernière éruption remontant aux années 1930.


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
Le volcan occupe tout le nord de la Martinique, ses pentes descendant jusqu'à l'océan Atlantique d'un côté et jusqu'à la mer des Caraïbes de l'autre. Et si elle est dégagée, on l'aperçoit de quasiment partout sur l'île.

Par l'itinéraire de « l'Aileron » c'est une rando tout ce qu'il y a de classique avec 600-700m de dénivelé entre le départ depuis le belvédère jusqu'au sommet, ça n'a rien d'insurmontable pour des randonneurs moyens.

Par contre le principal problème quand on veut y grimper, c'est la météo extrêmement changeante sur la Pelée... les nuages venus de l'Atlantique se bloquent sur le flanc est et envahissent le sommet la plupart des jours de l'année, même en saison sèche et quel que soit le temps ailleurs sur l'île.


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
Donc pour les randos, le mot d'ordre c'est : partir (très !) tôt.
En règle générale, un jour de beau temps, les nuages envahissent le sommet dès 10h00 le matin. La logique est bien sûr de l'atteindre avant, et même bien avant pour avoir le temps de redescendre la partie un peu délicate sans se faire prendre dans le brouillard (une fois revenus au niveau des « refuges » il n'y a plus trop de risque de se perdre, le sentier étant plus facile à suivre).

Avant de détailler un peu les différentes options, une petite carte n'est sans doute pas superflue car il y a pas mal de variantes...
Une fois arrivés au bord de la caldeira du volcan, à 1200m d'altitude environ, depuis l'un des trois versants possibles (soit par l'Aileron côté Morne Rouge, soit depuis Grande Savane côté Caraïbe, soit depuis Grand Rivière ou Macouba côté nord) il y a plusieurs sections de sentier modulables pour former des boucles entre les deux « refuges », l'Étang Sec (le fond de la caldeira), et les cônes formés par les éruptions de 1902 et de 1929. C'est au choix et surtout en fonction de la météo.


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
Les itinéraires possibles pour atteindre la caldeira (à 1200m d'altitude environ) :

  • Par l'Aileron
  • L'Aileron est la pointe qui forme un ressaut sur le versant sud de la Montagne Pelée. Le départ se fait depuis le belvédère au-dessus de Morne Rouge (altitude 800m). C'est le sentier le plus court, le plus simple et donc logiquement le plus couru.
  • Par Grande Savane
  • Le chemin débute au bout de la route qui mène à Grande Savane au-dessus du village du Prêcheur (altitude 650m). Plus long, mais à mon goût plus sympa (le départ du sentier est dans la jungle, et on surplombe la mer des Caraïbes tout au long de la montée) et nettement moins fréquenté pour un départ en journée.
  • Par Grand Rivière
  • Le départ se trouve à l'Habitation Beauséjour au village de Grand Rivière (altitude 100m). Une variante part du quartier Cheneaux au village de Macouba, et rejoint le sentier qui vient de Grand Rivière au niveau de la Savane Anatole. L'itinéraire passe au sommet du Morne Macouba (1300m), avant de redescendre sur le 2ème refuge au bord de la caldeira. Jamais testé.


Les différents sentiers envisageables ensuite pour atteindre (ou non) le sommet :

  • Le tour de la caldeira
  • La portion « balade » à peu près plane et qui longe la moitié nord du cratère.
  • Le cône de 1902
  • Une section « montagnes russes » : à partir du 2ème refuge (1245m) le sentier descend tout d'abord par des marches très raides jusqu'au fond de la caldeira (« l'Étang Sec », 1209m) puis remonte au sommet du cône formé par l'éruption de 1902 (1364m) et enfin redescend au 3ème refuge (1332m).
  • Le Chinois
  • C'est la portion la plus délicate, qui permet d'atteindre le point culminant à 1397m (cône issu de l'éruption de 1929) et qui part du 3ème refuge. Ce n'est pas très long, il y a moins de 100m de dénivelé, mais c'est casse-gueule entre les blocs de rochers souvent humides et glissants, et les trous et failles cachées par la végétation. Et il faut aussi redescendre par où l'on est monté. Enfin pour peu que le brouillard soit de la partie, ça devient vite compliqué de suivre les piquets indicateurs qui balisent le tracé.



Timing favori : départ de nuit à 5h00 du matin depuis le belvédère, montée de l'Aileron à la lampe torche, lever de soleil depuis la plaine des Palmistes (le grand plateau qui borde le cratère à l'est, où est situé le 2ème refuge) et enfin l'ascension du sommet avec les premiers rayons de soleil. De cette manière on évite les nuages, on a la montagne pour soi tout seul, et le panorama dans la lumière du petit matin est féérique.
En images...

Le départ du belvédère, dans un concert de grenouilles !


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
Sur l'Aileron...


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
Le lever de soleil depuis le plateau...


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
La fin de la montée au premier sommet, issu de la terrible éruption de 1902.
Au loin vers le sud, les Pitons du Carbet sont déjà dans les nuages...


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
La vue splendide vers le nord depuis ce même cône (à 1364m, dépassé de seulement quelques dizaines de mètre par le point culminant à 1397m).
On devine la caldeira en bas à droite, et le Morne Macouba juste derrière. Dans le fond on aperçoit l'île de la Dominique !


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
De l'autre côté, on distingue la côte Atlantique jusqu'à la presqu'île de la Caravelle...


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
En redescendant du cône de 1902 on rejoint le 3ème refuge... dans un état tel qu'il faudrait être sacrément en galère pour s'y réfugier !
Le sentier vers le sommet du Chinois part sur la gauche, ou alors on peut continuer tout droit pour redescendre vers la caldeira et en faire le tour pour revenir au 2ème refuge (cf carte ci-dessus)...


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
La montée au Chinois, dans un enchevêtrement de blocs de lave glissants, de failles et de végétation. Déjà que dans de bonnes conditions météo c'est pas forcément évident, alors dans le brouillard et avec les pentes abruptes du versant Caraïbe qui trainent à proximité, je n'ose pas imaginer la partie de plaisir !


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
Au sommet de la Montagne Pelée !


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
Le versant Caraïbe...


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
Et la côte vers le sud, jusqu'à la baie de Fort-de-France que l'on devine dans le lointain.


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
Le cône de 1902 au premier plan, le cratère en contrebas, et la plaine des Palmistes.
Le 2ème refuge se trouve au croisement des trois sentiers que l'on aperçoit : sur la droite celui qui monte de l'Aileron, sur la gauche celui qui longe le bord de la caldeira, et enfin celui qui descend du Morne Macouba (itinéraire depuis Grand Rivière).


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
La caldeira vue depuis le plateau...


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
Le fond du cratère envahi par la végétation, appelé l'Étang Sec (il s'était rempli juste avant l'éruption de 1902), avec ses airs de monde perdu !


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
A la descente, le sommet du Chinois vu depuis la plaine des Palmistes...


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
Une petite vidéo de la Montagne Pelée aux aurores...


Changement de décor avec la montée depuis Grande Savane (une route étroite qui part à l'entrée du village du Prêcheur grimpe jusqu'ici depuis la côte) : le départ étant plus bas en altitude (680m) que celui de l'Aileron, le tout début de la randonnée est encore dans la végétation.


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
Le Piton Marcel...


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
La montée se fait avec la mer des Caraïbes en toile de fond permanente...


2011_10_01_martinique_montagne_pelee

2011_10_01_martinique_montagne_pelee
A l'approche de la caldeira... avec les Pitons du Carbet au fond


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
En montant sur ce versant on ne voit pas arriver les nuages. S'ils commencent à déborder de la crète, inutile de continuer...


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
En haut ça donnera ça... 10 degrés de moins, trempés par l'humidité en quelques minutes, et une réelle possibilité de s'égarer dans les blocs de rochers.


2011_10_01_martinique_montagne_pelee
D'une manière générale quel que soit le côté par lequel on grimpe la Montagne Pelée, il est préférable voire indispensable d'avoir un vêtement chaud et un k-way dans le sac, les nuages pouvant tout envahir en quelques minutes... et si c'est le cas il est inutile d'insister, autant redescendre et retenter sa chance un autre jour... en avançant un peu l'heure du réveil !

La Montagne Pelée ce n'est pas la plus belle rando de la Martinique (celle de l'Anse Couleuvre à Grand Rivière est unanimement reconnue comme un must, et il y a aussi le canal de Beauregard parmi nos favoris persos), mais le panorama par temps dégagé depuis le sommet est extraordinaire.
Donc il faut partir très tôt pour devancer les nuages quasi systématiques. Je radote mais sinon c'est du gâchis...

Lapinette et Grolapin - dans Martinique
commenter cet article

commentaires