Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog des Lapinous

Les aventures de deux rongeurs autour du monde...
Partager ce blogPage d'accueilContact
Le blog des LapinousNous c'est Coralie et Nico, et notre p'tite Chloé née en 2012. Un goût avéré pour l'aventure et les tropiques, et quelques vadrouilles à notre actif !
Après notre long voyage au cours de l'année 2010, d'autres récits viennent désormais alimenter le blog, au gré de nouvelles destinations...
Nous vivons en Martinique depuis mai 2013.

La grande vadrouille

Initialement le blog des Lapinous a été créé pour nous suivre durant notre périple de mai à décembre 2010. Huit mois d'aventures de l'Indonésie aux archipels du Pacifique...
 
 
 
 
 

Randos en Martinique

Marcheurs réguliers en Martinique, on a compilé ici nos propres topos de randonnée.
De la promenade tranquille aux itinéraires sportifs, une section un peu à part sur le blog...
 

Nos précédentes aventures...

Bali, Madère, la Martinique, Tahiti, les Îles Cook, la Nouvelle-Calédonie, le Vanuatu...
 

Retrouvez-nous !

 

Et retrouvez les copains en voyage !

The Bunnies Blog

English spoken here !

mai 2010 -

On appréhendait un peu notre arrivée sur Lombok, vu que l'objectif principal était de retrouver au milieu de Mataram la ville principale, un million d'habitants, un loueur de scooters qui m'avait été chaudement recommandé par un habitué des vadrouilles indonésiennes à deux roues (Loïc si tu me lis...).

Pour la petite histoire c'est pas forcément simple de trouver des bécanes avec des papiers en règle, en bon état de marche, avec des casques, et surtout que le loueur soit d'accord pour qu'on les passe d'une île à l'autre via les ferries. Donc une petite adresse est un gros bonus !

Ça s'est plutôt bien passé, mais pas comme on l'avait prévu...
Après la soirée sur le port de Padangbai à Bali, qui nous occasionne notre premier excès avéré de Bintang (mais on avait longtemps à attendre !) on s'endort comme des gorets avinés sur le ferry, dans nos hamacs respectifs tendus sur le pont pour Fab et moi, sur un banc pour Greg. Pour se faire réveiller en pleine traversée par un grain monstre qui détrempe le pont.
Bref on finit par débarquer hagards à 4h00 du matin à Lembar au sud de Lombok, dans un port désert et sombre qui nous fait un peu serrer les fesses en attendant le lever du jour et les moyens de transports jusqu'à Mataram. Longue négociation avec deux jeunes qui font le taxi (pour une fois qu'on n'est pas pressés on essaie de se faire un peu moins escroquer que d'hab) et qui feront même plus pour nous en se mettant en quatre pour trouver le loueur dans une rue perdue, et même l'appeler vu que l'échoppe est fermée.


2010_05_12_senggigi
Bon pas de pot le loueur qui nous avait été recommandé est malade et pas opérationnel pour nous filer des scoots, mais en peu de temps un attroupement s'est formé autour de nous dans la rue... et évidemment on ne tarde pas à se voir proposer une solution de rechange.

Le nouveau candidat nous paraît bien, de toutes façons c'est le seul gars qui parle à peu près anglais, a une carte de loueur officiel, on choisit de faire confiance et on le suit chez lui. Tout roule, bécanes puissantes et en bon état, papiers, contrat de location, accord pour sortir de Lombok, casques, et tarif négocié pile à ce qu'on s'était fixé (2€50 par jour !)... On récupère donc ces trois merveilles, jusqu'à la fin de la semaine pour Greg et pour plus d'un mois pour Fab et moi :


2010_05_12_senggigi
Reste encore à se faufiler dans le trafic monstre de Mataram pour sortir de la ville (et reprendre la main avec la conduite à gauche), rouler jusqu'à Senggigi sur la côte ouest et se trouver un petit hébergement tranquille et pas trop cher.

 

Senggigi c'est là :

2010 05 12 senggigi 036

On débarque donc au Sonya Homestay qui pour 2€ la nuit chacun nous offre une petite chambre avec trois lits et patio privatif, et les petits-dejs nettement améliorés par rapport au tant redouté café - oeuf dur.
Comme d'hab à peine arrivés on fout le souk du siècle en étalant partout nos fringues humides pour essayer de limiter un peu l'horreur olfactive dans nos sacs...


2010_05_12_senggigi
On fait connaissance avec la faune locale...


2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi
Alors en fait, Senggigi c'est pourri (on y est sur une proposition de Greg qui avait cru en bouquinant des guides que c'était un coin sympa). C'est une station balnéaire avec que des complexes hôteliers de luxe et c'est blindé d'occidentaux, et tout ce que ça implique : vendeurs de rue insistants, alpagages réguliers devant les boutiques, et pour manger peu ou pas de warungs tout simples tels qu'on les connaissait et tarifs doublés. En l'espace d'une journée on se sera aussi vu proposer un étalage varié de substances hautement illicites... bon faut s'échapper de la ville, et en vitesse.

Alors balade en scoot en suivant la route sinueuse qui longe la côte vers le nord, et là ouuuuh c'est du lourd, petits villages, baies paradisiaques, cocotiers...


2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi
Et y a des terrains à vendre en plus !


2010_05_12_senggigi
Et on aperçoit même Bali dans le lointain...


2010_05_12_senggigi
Bon sinon le scoot c'est quand même royal comme moyen de se balader ici, pour s'arrêter n'importe où, suivre les chemins qui descendent jusqu'aux plages planquées, et puis ça trace (les motards Fab et Greg ont des 125cc à vitesses, moi j'ai un 110cc automatique, ça arrache mais on évite de trop pousser au milieu des obstacles divers qui traversent n'importe où, buffles, chiens, chèvres, volailles, gamins, noix de coco).
Et ça consomme ridiculement peu, sachant que de toutes façons à 30 centimes le litre d'essence on ne se ruinera pas (la moyenne que l'on a calculée donne 1 € pour 100 km parcourus).


2010_05_12_senggigi
Les paysages en remontant un peu dans l'intérieur de l'île aux alentours de Senggigi ne sont pas mal non plus...


2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi
On est aussi passés par « Monkey Forest », une route de montagne au milieu de la jungle où pulullent les macaques (entre Senggigi et Pemenang). Il y en a partout, évidemment on s'est arrêtés pour les voir de près et on en garde quelques chichés marrants :


2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi
On s'est aussi fait un petit carnet d'adresses des bons coins pour le snorkeling dans le secteur... Des baies sans personne, et des récifs à quelques mètres de la plage assez chouettes à explorer...


2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi
La baie suivante ? Cette portion de côte au nord de Senggigi est dingue... déserte aussi.


2010_05_12_senggigi
Et avec les scoots on peut accéder n'importe où en plus :


2010_05_12_senggigi
Toujours aussi sympa sous la surface...


2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi
L'accueillante faune sous-marine locale...


2010_05_12_senggigi

2010_05_12_senggigi
Mais y a bien plus dangereux ! Les cocktails locaux à base de glaçons et de lait non pasteurisé évidemment :


2010_05_12_senggigi
On a survécu à ce truc, donc je pense que nous sommes prêts à partir plus à l'est dans l'inconnu culinaire mais en s'attendant à quelque chose d'assez décalé par rapport à nos standards occidentaux...

Pour le moment c'est direction Kuta Lombok au sud de l'île pour les derniers jours de Greg avec nous, avant de mettre le cap sur Sumbawa avec Fab.

 

Quelques prix indicatifs...  (2010)
en milliers de roupies (seribu rupiah), 1 € ~ 11,5 rb
  Senggigi
  • ferry Bali - Lombok (Padangbai - Lembar) 30 rb par personne
  • taxi Lembar - Mataram (Cakranegara) 90 rb
  • location de scooters (Akhmad Hisbullah à Mataram) 35 rb par jour et par scoot (un 110cc auto pour 5 jours, et deux 125cc vitesses manuelles pour un mois)
  • hôtel Sonya Homestay 90 rb la chambre pour trois avec petit-dej

commentaires

lolodesiles 13/06/2010 22:00


Oui oui je te lis :-) Chuis en train de rattraper mon retard de lecture... Je vois que tu es fan de scooter comme moi, que t'aime pas Sengigi comme moi, que tu aimes le nord de Sengigi comme moi...
quelques points en commun donc, à part le surf qui nous sépare ;-)